La « Blacklist » GSMA

0
Partager

Qu’il s’agisse d’un iPhone, d’un téléphone Android ou de n’importe quel autre appareil cellulaire, Kelpom vous permet de vérifier s’il est « blacklisté » grâce à son numéro IMEI. Mais comment fonctionne cette base de données qui rassemble tous les appareils déclarés perdus ou volés de la planète ? Quel est l’organisme en charge de son administration ?

La GSMA, une organisation mondiale

La GSMA est une association réunissant les opérateurs de téléphonie mobile, d’où son nom (GSM Association). Au total, se sont ainsi plus de 750 opérateurs qui en sont membres d’apr`es le Rapport Annuel datant de 2019.

En fédérant les acteurs de cette industrie, la GSMA offre à ses adhérents une représentation de leurs intérêts à l’échelle globale et ainsi la promotion d’un environnement propice au développement de leur activités. De dimension mondiale, la GSMA, dont le siège social se situe à Londres au Royaume-Uni, est présente sur tous les continents.

Le numéro IMEI

En plus de ses fonctions de représentation, la GSMA est aussi responsable de l’attribution des numéros TAC (Type Allocation Code) qui sont associés aux différents modèles d’appareils cellulaires. Par exemple, le TAC 35266891 correspond à un iPhone 13 Pro (A2483) alors que 35839868 désigne un Samsung Galaxy S1 5G (SM-G991B/DS).

Ce code TAC constitue les huit premiers chiffres d’un autre numéro que nous connaissons bien chez Kelpom: le numéro IMEI (International Mobile Equipment Identity ou Numéro d’Identité International d’Equipement Mobile en français). L’IMEI est ainsi formé du TAC suivi d’un numéro de série unique de 6 chiffres puis d’un dernier chiffre de validation calculé grâce à l’algorithme de Luhn. D’une longueur totale de 15 chiffres, l’IMEI permet donc d’identifier de manière unique n’importe quel appareil cellulaire dans le monde et ce, quelle que soit sa marque.

Il faut insister sur le fait que l’IMEI n’est utilisé que pour les appareils disposant de capacités de connexion aux réseaux cellulaires. Ainsi, un iPad Wi-Fi + Cellular disposera d’un numéro IMEI mais le même modèle d’iPad ne pouvant se connecter qu’en Wi-Fi n’en possédera pas. L’IMEI ne concerne donc pas seulement les téléphones ou les tablettes mais aussi les clés et autres hotspots 4G, certains équipements automobiles ou appareils destinés à des applications IOT (Internet Of Things) ou M2M (Machine To Machine). Notons également qu’un téléphone équipé d’une double SIM, qu’il s’agisse d’une carte SIM standard ou d’une eSIM, disposera de deux numéros IMEI distincts.

Astuce: pour obtenir l’IMEI de votre téléphone il vous suffit de composer le code suivant: *#06#

La « Blacklist »

L’IMEI étant unique pour chaque appareil il est donc possible de créer une base de données répertoriant les téléphones volés et c’est exactement ce que fait la GSMA. Il s’agit bien évidement de la fameuse « Blacklist » dont la gestion et l’administration reviennent à la GSMA. Le but de cette base de données est de permettre à tous les opérateurs membres de l’association de bloquer les appareils figurant sur cette liste et ainsi de lutter contre la fraude, le recel ou toute autre activité criminelle.

Le processus de mise sur liste noire repose sur l’opérateur et son client: le client déclare le vol ou la perte de son appareil auprès de son opérateur qui, a son tour a la responsabilité de contacter la GSMA pour enregistrer le numéro IMEI du téléphone en question dans la base de données. Malheureusement, comme la GSMA le note elle-même sur son site, tous les opérateurs n’ont pas nécessairement recours aux informations disponibles dans cette base de données ce qui en limite quelque peu son utilité.

Il est important de noter que la police ne joue aucun rôle dans l’enregistrement d’un appareil volé dans la base de la GSMA. En cas de perte ou de vol il faut donc faire une déclaration auprès de son opérateur ET de la police. Dans les deux cas le numéro IMEI est indispensable pour effectuer ces démarches. Ce numéro vous sera aussi demandé par votre assurance le cas échéant.

Pour ces raisons, il est crucial de vous assurer d’avoir accès à l’IMEI de votre téléphone en cas d’incident. Si vous avez activé Find My iPhone (ou Find My Device pour les téléphones Android) il vous suffit de vous connecter sur le site icloud.com d’Apple ou à votre compte Google. Kelpom propose également un service gratuit qui permet d’enregistrer les IMEI et numéros de séries de vos appareils.

Kelpom à la rescousse !

Lorsque l’on cherche à acheter un téléphone d’occasion, il est donc indispensable de s’assurer qu’il n’est pas enregistré dans la base de données de la GSMA sous peine de se retrouver avec un mobile inutilisable, tout du moins pour passer des appels.

Pour vous aider à réduire les risques lors de votre achat, Kelpom propose un service Premium permettant de vérifier en quelques secondes si un téléphone est « blacklisté » ou non. Cette information est incluse dans les Rapports Premium Classic et HD mais est aussi disponible « à la carte » via l’interface « Expert ». Il est à noter qu’il est possible d’obtenir cette information aussi bien pour les iPhones que pour les smartphones Android.

Voici des captures d’écran de Rapports Premium montrant un appareil non-blacklisté et un appareil blacklisté:

Appareil non-blacklisté

Appareil blacklisté

En Conclusion

La GSMA est un organisme peu connu du grand public dont la vocation est de servir les intérêts des opérateurs de téléphonie. Cependant, en tant que gestionnaire de la base de données contenant les téléphones volés et perdus, la GSMA peut également être très utile aux particuliers à la recherche d’un téléphone d’occasion et leur éviter les arnaques encore trop nombreuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *